Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Nouvelles de Palestine

La rubrique de nos amis en Palestine

Fête de la résistance à Nabi Saleh

Des centaines d’entre nous ont participé à une fête de la résistance à Nabi Saleh hier (vendredi), même si les forces d’apartheid ont bloqué les entrées du village. Nous avons rendu visite aux blessés, et nous nous sommes réunis avec les familles des kidnappés et des assassinés.

Fête de la résistance à Nabi Saleh (vidéo)

3 frères palestiniens arrêtés par les forces de l'AP dans le nouveau camp d'Askar

Les forces de l'Autorité palestinienne ont arrêté, vendredi à l’aube, trois frères palestiniens du nouveau camp d'Askar, dans la province de Naplouse, au nord de la Cisjordanie.

Selon des témoins oculaires, une troupe de l’AP a pris d'assaut le camp au lever du jour et enlevé trois fils de Salman Marshoud, quatre heures après que les habitants avaient célébré la sortie de son quatrième fils, Mohamed, des prisons israéliennes, où il avait été enfermé pendant 12 ans.

Le Hamas tient Abbas responsable de la souffrance des gazaouis

Le mouvement de la résistance islamique Hamas a tenu le président de l’AP et son gouvernement responsables de la poursuite de la détérioration de la situation humanitaire dans la bande de Gaza.

L’armée d’occupation israélienne arrête Ahed Tamimi, 16 ans, sa cousine Nour, puis sa mère Nariman et détient son père Bassem. Ahed refuse de coopérer avec l’occupation et reste silencieuse

Pas de pause dans les opérations israéliennes de répression visant les jeunes Palestiniens. Dans la nuit du 18 au 19 décembre, des soldats ont attaqué le village de Nabi Saleh, situé entre Ramallah et Naplouse et ont arrêté Ahed Tamimi. Depuis des années, le village est le théâtre de nombreuses manifestations de protestations contre la colonie Halamish, construite sur des terres appartenant au village et dont les colons se sont de plus approprié la source locale appartenant aux Palestiniens, qui n’y ont plus accès.

Gaza: 8 morts et 535 blessés en 10 jours

Depuis le déclenchement de l'Intifada (soulèvement) il y a 10 jours, les forces d'occupation israéliennes ont tué huit citoyens palestiniens et blessé 535 autres, dans différentes régions de la bande de Gaza.

Selon le ministère de la Santé à Gaza, quatre Palestiniens ont été tués par des snipers à l'est de Gaza et trois autres à Jabalia lors des récentes manifestations organisées dans les zones frontalières de Gaza contre la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem occupée comme capitale d'Israël.

Les unités israéliennes infiltrées intensifient les attaques contre les manifestants palestiniens anti-Trump

Ces derniers jours, les troupes d'infiltration israéliennes (mistarivim en hébreu, mustaribin en arabe) ont intensifié les mesures de répression contre les manifestants palestiniens dans toute la Cisjordanie occupée, attisant les tensions dans la région.

un amputé des deux jambes abattu par l’armée israélienne !

L’armée israélienne d’occupation s’est surpassée dans l’ignominie, vendredi à Gaza, en assassinant d’une balle dans la tête tirée à distance Ibrahim Abou Soraya, 29 ans, amputé des deux jambes.

Les conditions de passage en Egypte pour les Gazaouis

"Au début novembre, l’Autorité Palestinienne a pris en charge le contrôle qu’exerçait Hamas sur les passages frontaliers de la bande de Gaza vers l’Égypte, ce qui a permis de franchir un pas vers le retour de la liberté de mouvement promise aux Palestiniens. Mais la joie fut de courte durée. L’Autorité palestinienne a annoncé qu’elle respecterait l’accord conclu en 2005 entre Israël et elle-même, leur donnant, conjointement avec les Égyptiens, le droit de refuser l’entrée ou le départ aux personnes traversant la seule porte de Gaza, le poste frontalier de Rafah .

la résistance, une affaire de femmes

« Ils m’appellent le diable palestinien. » Le diable, ou plutôt la « diablesse », car ce mot qualifie une femme nommée Manal Tamimi. Ce surnom, elle s’en amuse. Elle en est même plutôt fière. « Ils », ce sont les soldats de l’armée israélienne, qui lui ont tiré dans la jambe une semaine avant notre visite. Depuis 2009, elle les défie toutes les semaines, dans son village de Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah.

Démolir les maisons, saccager les oliviers et raser les villages pour détruire un peuple et voler sa terre – résumé non exhaustif d’une semaine de nettoyage ethnique en Cisjordanie occupée

Abdel Moghnee Dweik obligé de démolir sa maison à Silwan
Source : Wadi Hilweh Information Center

Pages

S'abonner à RSS - Nouvelles de Palestine