Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Statut de Jérusalem : une faillite au niveau international

La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël est un autre coup douloureux pour les Palestiniens car elle démontre une fois de plus comment les puissances internationales agissent sans reconnaître ni faire appliquer les droits des Palestiniens.

Communiqué du Mouvement du Jihad Islamique en Palestine

En réponse à la décision américaine

« Dieu vous interdit de prendre pour maîtres ceux qui vous combattent à cause de votre foi, ceux qui vous expulsent de vos maisons et ceux qui participent à votre expulsion. Ceux qui les prennent pour maîtres, ce sont les injustes. » (Al-Momtahina, 9)

Est-ce que la décision de Trump pour Jérusalem va changer quelque chose ?

Si vous aviez demandé à ma mère – et à la plupart des gens de sa génération – ce que la décision de Donald Trump de déplacer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem allait changer, la réponse aurait sans doute été : « Absolument rien ».

La réponse palestinienne à l’annonce des États-Unis de la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d’Israël

La nouvelle vient de paraître que le président Trump prévoit de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, et qu’il annoncerait sa décision demain.

Alors que nous attendons l’annonce officielle, nous imaginons déjà les potentielles répercussions. Toutes les factions palestiniennes ont appelé à des journées de protestations de masse.

Quelles conséquences aurait un transfert à Jérusalem de l’ambassade américaine ?

 

Après s’être engagé en 2016 à reconnaître Jérusalem « comme la capitale indivisible de l’État d’Israël », Donald Trump doit faire connaître sa décision de transférer ou pas l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Les pays arabes et les Palestiniens ont mis en garde le président américain contre le potentiel explosif d’une telle décision, soutenue par le gouvernement et une grande partie de la classe politique en Israël.

Graffitis en Cisjordanie : les artistes servent-ils vraiment la cause palestinienne ?

Réconciliation palestinienne : toujours les mêmes vieux écueils

Le vendredi 1er décembre aurait dû marquer la date du transfert du contrôle administratif à Gaza, du Hamas à l’Autorité palestinienne basée en Cisjordanie. Mais dans une déclaration conjointe et très sèche, ce mercredi, le Hamas et le Fatah ont déclaré qu’ils étaient d’accord pour reporter le transfert jusqu’au 10 décembre.

La fermeture du bureau de l’OLP à Washington serait une chance pour la Palestine

Sans le savoir ou l’avoir prévu, l’administration Trump a peut-être fait aux Palestiniens un cadeau dont ils ont grandement besoin. La semaine dernière, l’administration a annoncé qu’elle ne renouvellerait pas l’autorisation de six mois pour le bureau de la délégation de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Washington, DC. En réponse, le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré que toutes les relations avec les États-Unis seraient suspendues.

La Palestine sera-t-elle liquidée avec la complicité arabe ?

Le sionisme est un mouvement colonial inventé au 19ème siècle pour transformer une Palestine multi-religieuse en l’ « Etat juif d’Israël » d’apartheid. Il devait être « un rempart de l’Europe contre l’Asie, un avant-poste de la civilisation contre la barbarie » (Herzl dans L’Etat des Juifs). Cette idée coloniale raciste n’a pas changé depuis la fondation de la « Jewish Colonization Association » en 1981 et du Congrès sioniste mondial en 1897.

Les conditions de passage en Egypte pour les Gazaouis

"Au début novembre, l’Autorité Palestinienne a pris en charge le contrôle qu’exerçait Hamas sur les passages frontaliers de la bande de Gaza vers l’Égypte, ce qui a permis de franchir un pas vers le retour de la liberté de mouvement promise aux Palestiniens. Mais la joie fut de courte durée. L’Autorité palestinienne a annoncé qu’elle respecterait l’accord conclu en 2005 entre Israël et elle-même, leur donnant, conjointement avec les Égyptiens, le droit de refuser l’entrée ou le départ aux personnes traversant la seule porte de Gaza, le poste frontalier de Rafah .

Pages

S'abonner à Enfants de Palestine RSS